Une fois en possession d'un avatar relativement beau, on peut commencer à s'aventurer dans Bleakrock Isle. Une île enneigée, qui prend ses inspirations de la zone de départ du cinquième épisode de la saga, puisque situé dans les alentours de Bordeciel. Ici, pas encore question de ces gros oiseaux terrifiants, on va en effet devoir alterner entre des services auprès des habitants de petits villages isolés et notre quête principale. Une quête principale qui n'est pas sans rappeler celle de n'importe quel Elder Scrolls avec un personnage lambda qui est propulsé héros d'un monde (même s'il ne le sait pas encore au début de votre épopée). On débute notre ascension vers la gloire à un niveau local, mais sans pour autant être face à un MMORPG classique. En effet, si la quête principale vous mène toujours d'un point A à un point B, vous êtes seul lorsqu'il s'agit de trouver des quêtes secondaires. Pour cela, il faut venir parler aux habitants des villages que vous traversez. Ceux-ci dialogueront avec vous, tous n'auront pas forcément de missions à vous donner, et la présence de quêtes possibles n'est d'ailleurs pas indiquée au-dessus de leurs têtes (le célèbre point d'exclamation). Grâce à cela, vous gagnerez en popularité, ou au contraire, vous ferez détester. Tout dépend finalement de vous et les développeurs de Zenimax Online ont tenu à vous faire vivre le même genre d'aventure que dans la saga solo : la vôtre. Une aventure unique, que vous seul pourrez vivre, chaque expérience étant différente d'une autre. C'est en tout cas la promesse qui ressort de cette démo, même si les quêtes secondaires auraient gagnées à être plus pertinentes, moins génériques : on n'échappe en effet pas aux fedex (aller, repartir, revenir…) ou aux trop classiques missions du type « tu dois tuer X araignées pour me récupérer Y peaux ». Mais l'expérience n'étant clairement pas complète, on se gardera bien de juger clairement ce point.
En plus de cette destinée, The Elder Scrolls Online compte également se différencier des autres avec son gameplay et son interface un poil différents de ce à quoi on a l'habitude de faire face. Ici, on reprend quasiment tout de Skyrim : pas de minimap, une simple boussole avec des points vous signifiant l'emplacement des objectifs autour de vous. On retrouve aussi une barre d'action en bas de l'écran et réduite au minimum avec seulement quelques pouvoirs disponibles et qui s'additionnent aux attaques de base (des coups d'épées, de bâton, de bouclier ou encore d'arc). C'est assurément la tendance du moment dans les MMO, et c'est ce qui rend le gameplay plus nerveux. Dans le cas de notre intéressé, celui-ci s'apparente à ce qui se fait déjà sur Guild Wars 2. Il n'y a certes pas les combos, mais on peut sélectionner rapidement une attaque pour l'ajouter à un coup bien senti avec son arme blanche, pour ensuite se protéger (au moins en partie) d'une attaque ennemie avec son bouclier. Bon, ça n'est pas autant dynamique que sur le titre d'ArenaNet, mais le résultat reste intéressant dans l'ensemble. L'autre élément à noter du coté du gameplay réside dans ses deux vues possibles. Celle à la troisième personne avec une sorte de vue sur l'épaule (qui se révèle être une vue plus centrée avec une cible lorsque l'on étend plus en arrière la caméra), et celle à la première personne. Autant vous prévenir : on ne sait pas dans quel monde vivent les développeurs, mais malgré toute la bonne volonté que l'on veut mettre, ce n'est clairement pas jouable. Dans un jeu du genre, jouer à la première personne pose réellement problème tant on manque de visibilité, encore plus dans le cas de The Elder Scrolls Online et des désirs de ses créateurs. Le monde s'annonce riche, et lorsque l'on s'amuse à visualiser la carte, celle-ci s'annonce vaste, très vaste. Chaque région que vous avez pu découvrir au sein des jeux solo semble présente, et la vue à la première personne empêche de créer ce sentiment propre aux MMO : une liberté sans aucune limite. Mais le titre de Zenimax Online se heurte également à une autre limite : ses graphismes. Déjà dépassé visuellement vu le moteur daté, The Elder Scrolls Online aura donc pour lui son background illustrant la Deuxième Ère, à défaut d'animations dignes de 2013 (et donc 2014). Impressions : Si la bêta de The Elder Scrolls Online bat son plein sur PC, il faut admettre que ce nouvel essai nous a tout de même rassurés en se révélant satisfaisant. Toujours autant à la ramasse graphiquement, le titre pourra tenter de se confronter à la concurrence en proposant une interface un peu différente et un gameplay orienté action, tout en laissant le joueur se forger une destinée de A à Z sans le presser. "/>

search engine
  • Nos impressions sur The Elder Scrolls Online
  • Nos impressions sur The Elder Scrolls Online
  • Nos impressions sur The Elder Scrolls Online
  • Nos impressions sur The Elder Scrolls Online
  • Nos impressions sur The Elder Scrolls Online
  • Nos impressions sur The Elder Scrolls Online
  • Nos impressions sur The Elder Scrolls Online
  • Nos impressions sur The Elder Scrolls Online
posted the 09/01/2013 at 03:55 PM by Gamekyo
comments (4)
jeanouillz posted the 09/01/2013 at 05:29 PM
Je préfère attendre sagement un elder scroll 6
krypton posted the 09/01/2013 at 10:35 PM
jeanouillz idem ^^
kraken posted the 09/01/2013 at 10:40 PM
n'empeche, la vision du MMORPG qu'a le staff me plait. C'est vraiment oldschool, pas casu
sauronsg posted the 09/01/2013 at 11:43 PM
De ce que je vois ce Elder Scrolls est un mix MMORPG et jeu solo. Possibilité de progresser seul et à tout moment de poursuivre l'expérience à plusieurs. Je trouve ça vraiment sympa et pas prise de tête.
profile
The Elder Scrolls Online
13
Likes
platform : PC
genre : MMORPG
european release date : 04/04/2014
other versions : Xbox One - PlayStation 4