L'antre d'Ozymandia
profile
ozymandia
2
Likes
articles : 4
visites since opening : 3719
ozymandia > blog
    tags : roman chapitre tome ozymandia noor filistine
    1
    Like
    Who likes this ?
    posted the 11/07/2019 at 03:47 PM by ozymandia
    comments (24)
    sonilka posted the 11/07/2019 at 06:11 PM
    Y a quelques fautes d'orthographe mais c'est sympathique. Par contre, je trouve un peu kitsch d'utiliser le terme "Führer" pour désigner le chef de la société militaire.
    ozymandia posted the 11/07/2019 at 07:10 PM
    sonilka Merci de ton retour l'ami, l'utilisation du terme " Führer " relève simplement du fait de sa signification en allemand et aussi que Stalker à un certain attachement avec ce pays et cette langue.

    Sinon, je peux lire que tu as trouvé ce chapitre sympathique, as tu un passage en particulier qui à retenu ton attention ?
    aros posted the 11/07/2019 at 10:08 PM
    ozymandia
    Hé bien si je m'attendais à pareils changements ( Et qui dit gros changements, dit beaucoup de choses à dire ) Je dois dire que suis surpris, surpris parce que je pensais que tu t'en tiendrais à améliorer le brouillon de la dernière fois et à l'optimiser, ce qui n'aurait pas été une erreur en soi, puisque y appliquer une meilleur ponctuation, un remaniement de l'agencement des phrases maladroitement construites et enfin, étendre et faire croître le vocabulaire employé au travers des synonymes aurait pu fortement profiter ton chapitre en cet état-là. A cela rajoutons bien sûr d'évidents retraits, ajouts et autres coups de polish pour amener à ton chapitre les éléments qu'il n'avait pas, ou ne faisait pas assez ressortir. Au lieu de ça, il m'apparaît là avoir lu une relecture en " profondeur " de ton chapitre, ce qui est une bonne comme une mauvaise chose...

    La bonne, c'est qu'à l'inverse de ça première publication sur le site, tu nous pose là le " décor " dans lequel prend place la scène, ce qui est un bon point, néanmoins trahit par un bon pavé voulant tout décrire, alors qu'il pourrait décrire, ET induire le lecteur à penser que..., le premier paragraphe en étant un parfait exemple. Ce que j'entends par là, c'est que tu gagnerais à décrire l'essentiel en prêtant attention à ce que tu induirais par déduction logique au lecteur, celui-ci étant à même de pouvoir se dire que Light est " enfermé et contraint " si tu le décris comme souffrant de ses entraves, tout comme tu pourrais décrire en un mot plus précis le fait que ses bras soient tendus par la force qu'exerce les chaînes sur ses bras, et que de fait il lui soit illusoire d'assouvir la soif qui le tiraille. Décrit avec ce genre de mots, tes descriptions seront à la fois plus courte, plus percutante, et non plus inutilement longue comme elle peuvent l'être.

    Sache d'ailleurs qu'avoir écrit une relecture de ton chapitre est comme une manœuvre d'esquive, car c'est en améliorant quelque chose d'existant que l'on façonne sont style. Si tu te disperses à vouloir recommencer à chaque fois, tu vas te perdre dans un bric-à-broc stylistique qui t'empêcheras de t'améliorer durablement et donc d'avancer, car tu ne penseras pas à parachever un texte pour le rendre à hauteur de tes pensées, mais à le refaire parce que des éléments ne te conviennent pas ou plus.
    Il faut que tu apprennes à vouloir comprendre ce qui peut altérer la qualité de ce que tu aplatis, et cela passe par l'étude de ton propre texte et de relectures à haute voix en prenant soin de respecter la ponctuation, ce pour chasser mots & phrases mal fichues pour corriger le rythme de ton récit.

    J'ai également remarqué qu'avec le personnage de Don tu tes beaucoup lâché, peut-être un peut trop puisque je l'ai trouvé vraiment trop bavard et didactique avec Light, ce qui était en tant que lecteur plutôt désagréable. Le personnage en fait trop et peine à être pris au sérieux, il faut que tu trouve un juste milieux entre ça version précédente et l'actuelle. Pour le son côté didactique, je préciserais ma pensée en disant que cela n'est pas assez bien amener (cela passe par ta capacité à mieux composer tes phrases, ce que tu as encore du mal à faire).

    Concernant Light, il m'apparaît un peu simplet dans le contenu de ses répliques, je l'ai trouvé pour ma part assez superficiel dans sa répartie pour un type qui endure des souffrances qu'aucun n'aimerait vivre.

    Point infos :

    1°) Les points enchaînés de façon successive au sein d'un paragraphe ou plusieurs ralentissent le rythme de lecture et augmentent en conséquence la tension qu'apporte un texte selon le contexte

    2°) Les incises se voient systématiquement introduites par une virgule et non un point. Elle est là pour lié le dialogue à une précision nécessaire qu'ajoute le narrateur pour assuré la compréhension d'une nuance par le lecteur. Pas de majuscule en début d'incise je précise. (Ex : " — Hmmm... Cela sera bien suffisant pour ce que l'on te réserve. Répondit Don d'un air hautain. " ; cherche l'erreur )

    3°) Le participe présent type : " ayant " ; " voulant ", etc. Ça permet de rendre l'action plus présente aux yeux du lecteur, mais attention à ne pas faire de la surenchère en l'employant à tire larigot en une même phrase. Tu n'as pas que cet outil à disposition, mais également l'imparfait, le passé, le passé composé, le conditionnel / gérondif qui te sont plutôt accessible. Après c'est une question de dosage.

    " — Ahahaha ! Don se mit à rire, amuser de l'inquiétude de Light. "
    Si le dialogue est au présent, ce qui est normal, l'incise qui suit ce morceau de dialogue doit être introduite par le narrateur, non pas au présent mais au temps de l'imparfait et du passé : " [...] Don ria, amusé de l'inquiétude qu'éprouvait Light. "

    " — J'étais bien Light ? Franchement je ferais un bon comédien ! Il était excité sa langue serpentine sortant de sa bouche à chacun de ses mots. "
    Ça, ca ne passe pas pour être tout à fait franc avec toi, sauf si c'est un chien On est pas dans un manga j'te rappelle, c'est difficilement envisageable que cela puisse ce passer ainsi

    Je pense m'arrêter là pour ce soir, il ce fait tard et je suis fatiguer xD. Ces derniers jours je m'interrogeais et pensait même prendre de tes nouvelles, mais tu m'as coupé l'herbe sous le pied j'imagine. Pour ce que ma conclusion de la soirée vaut, je dirais qu'il te serait plus simple d'accorder les ajouts bienvenus que tu as fait au cours la rédaction de ce brouillon-ci vers ton brouillon précédemment publié. Et donc tu devrais revoir les aspects que je mentionne au cours de mon premier paragraphe.
    M'enfin j'essayerais de com' plus encore demain (probablement dans la soirée), car si j'ai abordé beaucoup de points négatifs (inhérent au fait que tu as réécris totalement ton chapitre, pas améliorer à proprement parler), il y a des points positifs qui méritent d'être soulever.
    sonilka posted the 11/08/2019 at 08:45 AM
    ozymandia l'échange entre les 2 personnages (Light et Don). Après ce n'est qu'un début donc difficile de donner un avis plus approfondi.
    aros posted the 11/08/2019 at 11:32 AM
    ozymandia
    Je pensais m'étendre d'avantage ce soir, mais je vais plutôt te donner une clé qui te permettra d'y voir plus clair, notamment pour améliorer efficacement ton texte. La première chose à faire et pour toi de distinguer l'intervention du narrateur avant et après le dialogue, ceux-ci étant parfois rattachés à des incises courtes ou longues issues du narrateur lui-même. Pour le cas des incises courtes il n'y à pas de problèmes, en revanche pour les trop longues dépassants allègrement une ligne complète, deux choix s'offrent à toi : les raccourcir, ou les intégrer au narrateur, puis revenir à la ligne sauf si le dialogue continue, ou est ponctué d'une courte description avant qu'il ne reprenne.
    Enfin, je te conseille de mieux définir tes paragraphes, et en conséquence de cesser de faire des sauts de ligne, ça donnera une meilleur à ton ensemble, et avec ce seul " outil ", à toi d'en faire quelque chose d'agréable à lire, pas donner cela à tes sauts de lignes autant récurant que contradictoire avec ce qu'est un saut de ligne dans la littérature.

    Faire tout ça en premier lieu te permettra d'u rapide coup d’œil de définir qu'est-ce qui est quoi, mais aussi à cibler les points forts et les points faibles de ton texte de sorte à faire ressortir ce qui à retirer de ce qu'est à ajouter, à perfectionner (remodeler, épurer), ou encore à dispatcher. Je dis tout ça parce qu'il y a beaucoup à faire et que si tu ne maîtrises pas les bases de la typographie en littérature, tu risque d'avancer plus que difficilement, d'autant plus si tu veux écrire quelque chose de convaincant.

    La forme que prend un texte je le répète est primordiale car elle participe à rendre une oeuvre intéressante, pour un jeu vidéo son " écriture " sont les divers éléments de gameplay qu'il propose et si ceux-là ont bien été programmé en amont pour fonctionner en bon et du forme une fois entre les mains du consommateur / joueur ; pour la littérature c'est la même chose. Il est nécessaire de faire en sorte que le tout soit " clair et fluide ", mais pour ce faire il y a des astuces et un savoir-faire à appliquer qui servira de ciment à ton oeuvre. Cela me fait d'ailleurs faire un rapprochement plutôt intéressant avec les bugs que l'on rencontre dans les jeux vidéo, car ils sont semblables à ce que l'on rencontre en permanence lorsqu'on écrit.

    Note : Passer ton premier paragraphe, tout les suivants y compris les dialogues doivent en début de ligne être accompagné d'un alinéa. Pour ce faire tu cliques droit sur ton paragraphe (dans Open Office j'entends), ensuite tu cliques une deuxième fois sur " Paragraphe... " dans la fenêtre qu'apparaît, puis sur " Première ligne " où tu entres 0,50cm et enfin pour ne pas répéter l'opération, sur " Auto ". (Sous réserve que ça puisse marcher en publiant sur Gamekyo.)

    PS : Les alinéa(s) ne fonctionnent pas sur Gamekyo, mais si tu ne les appliques pas déjà de ton côté, je ne peux que t'encourager à le faire.
    aros posted the 11/08/2019 at 12:03 PM
    Aussi et ça n'a rien avoir avec tes travaux, mais tu devrais travailler la forme de ton article. J'ai remarqué que tu as inséré ton synopsis à l'intérieur après l'avoir retravaillé comme je te l'ai conseillé et c'est bien, néanmoins, il faut faire défiler la page plutôt conséquemment pour arriver devant ce qui nous intéresse, et cet aspect-ci n’est pas des plus encourageant.

    Quand à ton " introduction ", évite de séparer d'un saut de ligne chaque phrase, car c'est juste pas nécessaire, vraiment Par ailleurs, une petite balise pour mettre le tout en gras ne serait pas de trop, tout comme il serait bon ne pas en faire profiter ton chapitre, car c'est pas très agréable à lire.

    Je reviendrais ce soir
    ozymandia posted the 11/08/2019 at 01:45 PM
    aros Je m'attends à de nombreux commentaires de ta part, comme d'habitude mais je vais commencer à répondre à ceux que tu as posté.

    Pour ce qui est de la typographie de mon texte, je travaille sur open office et j'utilise des paragraphes, des double interlignes, des marges, les alinéa et surtout pas de saut de ligne à tout vas comme sur mon article. J'ai pourtant essayé de reproduire la même structure que sur mon document de référence, mais étrangement GK m'a collé l'ensemble des paragraphes ensemble, asphyxiant mon récit. J'ai donc en urgence fait immédiatement des sauts de ligne pour aéré le tout mais cela ne correspond aucunement à la typographie originale du chapitre. Si tu veux je pourrais t'envoyer le document open office pour que tu puisse y jeter un œil ?

    Hmm... Je ne vois pas de manœuvre d'esquive dans ce changements mais bien une amélioration du chapitre de base. Après sa publication et les nombreux commentaire et échange avec toi, je me suis posé devant le chapitre que j'avais écris en prenant du recul cette fois-ci. Je me suis tout d'abord dit, que ce que j'avais devant mes yeux était un chapitre brut sortit de mon esprit, il ya déjà quelques années et sur lequel je n'avais pas plancher en me disant que je pourrais bien mieux amener certains éléments. En effet si tu regarde le texte, le memorizer est toujours là, les personnages sont toujours là et le contexte est toujours le même il est simplement amener différemment et il y a de multiple ajouts, notamment des choses que j'ai enlever pour les mettre plus tard ou le contraire avec des éléments que j'ai ajouté mais que j'avais de base prévu pour plus tard.

    Pour Don il est dit qu'il se considère comme un être supérieur, et un de ses passé temps est d'essayer de briser Light constamment, c'est son caractère d'en faire trop, de base je voulais montrer cet aspect du personnage plus tard mais j'ai trouvé plus pertinent de le montrer ainsi des le départ. Quand à Light, il n'est désormais plus amnésique mais à uniquement restreint l'accès à une information ce qui me permet d'étoffer son background et d'en dire plus. Dans ce chapitre, Light n'a pas vocation à beaucoup parler, que veut tu qu'il leur dise surtout après deux ans de calvaire, il cherche plus à en finir en provoquant Don qu'à discuter ou avoir de la réparti car il est à bout c'est voulu de ma part.

    Bon j'attends la suite de ton analyse l'ami
    aros posted the 11/08/2019 at 03:32 PM
    ozymandia
    Tout d'abords cela me rassure que tu me confirmes ne pas être autant dans les choux au niveau typographique, d'une part car c'est important, et de l'autre ça m'évitera de m'étendre inutilement dessus comme j'ai tendance à le faire (même si tu laisses entendre être confus quand à l'usage de certaines règles comme mentionnées plus haut). En ça il est vrai qu'avoir un droit de regard sur le document pourrait m'aider à y voir plus clair, néanmoins je suis quelque peu gêner à l'idée de procéder ainsi.
    Pour l'heure cependant et je pense ne pas te l'avoir dit précédemment, c'est que moi-même je travail sur Open Office, et la seule différence que je pourrais t'opposer c'est que je travail en interligne 1.5 et des marges de 0.50cm (avec des textes " justifiés " comme toi). Un interligne que je justifie par le fait qu'il soit agréable de se relire à haute voix et avec le ton, d'autres part il est un moyen de pouvoir annoter un document imprimé, ce en vue de l'étudier et le corriger (un peu comme ce que faisait mes professeurs du temps où j'allais à l'école [même si je n'abuse pas de ce procéder cela pouvant à terme revenir à du gaspillage de masse]).

    D'ailleurs si Gamekyo t'a fait publié ton chapitre sans l'interligne voulut, c'est parce que certaines fonctions entre applications et sites ne sont pas codées selon un standard, tout comme Open Office n'est pas compatible avec le système de balise du site

    Pour en revenir maintenant au sujet, appeler ça une manœuvre d'esquive n'était peut-être pas très habile de ma part... Disons plutôt que tordre à ta convenance certains éléments qui paraissait encré est quelque peu perturbant à mon sens
    Une fois nous avons parlé du fait que tu travail en " flux tendu " avec tes pensées à peu de choses près, que t'y allait au feeling si j'ose dire. Ne travaillant pas de la sorte et n'étant pas à l'aise avec cette façon de travailler une oeuvre, même si celle-ci est réalisable, je l'a perçois tout autant comme libératrice qu'instable, ce pour les libertés que l'on pourrait prendre pour se libérer d'une contrainte ou deux puis regretter ces choix plus tard au cours notre phase d'écriture ; c'est ça que j'appelle peut-être malhabilement " manœuvre d'esquive ", même si dans ton cas présent cela pourrait t'aider à développer plus efficacement ce personnage avec lequel tu t'emmêlais les pinceaux Sache toutefois que travaillais avec ce genre de contrainte et un travail d'écriture qui t'amènes souvent à t'améliorer, non pas que du point de vue de l'écriture mais aussi à pousser les réflexions que tu mènes autour ton oeuvre à un stade supérieur.

    Maintenant je suis conscient que le chapitre n'a pas été abandonnée mais plutôt enrichie comme tu le mentionnes, néanmoins de mon point de vue il n'en reste que le squelette, ou plutôt la structure si tu préfères. Dans ton précédent brouillon, certes la confusion régnait en certains dialogues à cause du " cas Light " , mais les idées pour un peu près tout étaient déjà présentes , tout n'avait pas besoin d'être chambouler comme j'ai pu le constaté ici hier soir à ma première lecture. Je dis ça car j'entrevoyais les améliorations éventuelles à faire au niveau des textes, ce qui n'était peut-être pas ton cas du fait qu'il t'était plus simple de penser à comment réécrire le tout (dans ces cas-là il peut-être intéressant de copier le fichier et l'améliorer directement sur la copie). J'ai d'ailleurs à ce sujet trouvé que lire ce chapitre-ci dans ça globalité avait été moins pénible que la dernière fois ce qui m'a fait plutôt plaisir, même si j'ai cette impression qu'en la deuxième moitié du chapitre lorsque Don et Light sont rejoints, y'a un soufflé qui m'a tenu à distance...

    Je profitais d'une " p'tite " pause pour te répondre. @ toute à l'heure
    aros posted the 11/08/2019 at 06:13 PM
    ozymandia
    J'ai noté le changement opéré sur ta quatrième de couverture, et si je sens un gain au niveau de l'écriture, et du vocabulaire employé à certains passage, je ne peux m'empêcher de repenser au premier qui à l'inverse du chapitre qui y était affilié, avait tout ce qu'il fallait pour être retravailler tel quel. J'me demandais donc si le fait d'avoir réécrit le synopsis tel que je l'aurais sûrement fait à ce moment-là, ne t'as pas finalement dérangé au moment de te le réapproprier ? N'hésite pas à m'en faire part si tel avait dû être le cas.
    aros posted the 11/08/2019 at 09:24 PM
    ozymandia
    J'ai trouvé bonne l'intervention du narrateur en début de chapitre. Il pose le décors et là encore tu as écouté mon conseil qui était de composer avec le personnage de Light et ce qu'il pouvait ressentir ou bien penser, ce genre de chose quoi.Je pense toutefois que le rendre plus transparent quand il parle de Light est nécessaire, nous ressentirions à ce moment-là plus de proximité avec lui qu'en l'état.
    Voici donc le passage que je compte utiliser pour la démonstration :

    " Un soldat tel que lui, Light le chef d'une escouade d'élite au sein de la prestigieuse société militaire privée, Redempt Armement, réduit au rang de vulgaire prisonnier. « C'est pitoyable » se disait-il, son esprit et son corps avait beau être préparé pour ce genre de cas, aussi bien par l'expérience que par l’entraînement, il n'en demeure pas moins, qu'au bout de deux années passé à être captif et torturé par ses geôliers, l'envie d'en finir paraissait à ses yeux, la chose la plus raisonnable qui pouvait être faite. "

    Voici maintenant ma vision de ce que pourrait être le paragraphe (et plus largement son intervention) :

    Hautement considéré à l'instar de son affiliation à Redempt Armement, la Société Militaire Privée sous laquelle il opérait autrefois comme chef d'escouade, Light s'estimait chaque jour un peu plus misérable d'avoir merdé en ce jour fatidique. Réduit depuis à l'état de vulgaire prisonnier au mépris de ses hommes qui tous furent exécutés, ce qu'à l'occasion Don prenait un malin plaisir a lui remémoré, il se demandait bien quand est-ce que son supplice prendrait fin. Fatigué de subir le caractère versatile et " limité " de son cerbère, Light pensait bien aujourd'hui trouver le repos en ses mains expertes, mais l'incessant tic-tac que produisait l'horloge que ce détraqué eut mise en place rendait toute réflexion stérile...

    Je déborde un peu bien sûr (et avec pareil réinterprétation c'est tout l'tatouin à revoir ), mais c'est pour l'exemple Ce que j'essaye de te prouver, c'est que faire preuve de subtilité est un moyen efficace pour se faire fondre le lecteur dans ton récit et les personnages qui le font vivre. C'est également un moyen que j'ai de te dire que tu as là tout les éléments nécessaires pour faire vivre la scène et véritablement happer le lecteur. En gros il y a du travail mais tu as toutes les cartes en main pour y parvenir, néanmoins il ne faut pas céder à la facilité, cela vaut autant pour l'écriture que pour la trame de ton histoire. Lorsque je relis mes textes, je me pose toujours cette question : " Est-ce que je suis satisfait de ce que j'ai écris à hauteur de mes lectures. " ; si la réponse est non, alors je peaufine jusqu'à trouver l'équilibre que je recherche ( je suis perfectionniste donc un peu maniaque, disons que ça aide... ).
    aros posted the 11/08/2019 at 10:34 PM
    " — D... Don... Il lui cracha de nouveau à la figure. Je... te pensais... si supérieur... finalement... tu n'es... qu'un vulgaire... « être inférieur ». se moqua Light meurtri par les coups. "


    Maintenant, vois ce qu'aurais dû être ce dialogue :
    Je te pensais... si supérieur Don... finalement tu... n'es pas si différent... pauvre andouille, finit-il pris d'une grimace, par éructer de bon cœur un nuage de cendres rouges à ça vilaine trogne. Hé bien, te voilà riche d'un Picasso mon a...

    Il devait dire : " mon ami ", mais j'imagine qu'il s'est pris un coup (Oui, je me suis fait plaisir sur l'incise :hihi
    Je pense qu'il n'est pas nécessaire de m'étendre sur le pourquoi je t'ai corrigé ce dialogue. Tu peux pas balancer un truc pareil, n'oublie pas que tu écris un roman
    Sinon, si tu as des question concernant quelque chose en particulier n'hésite pas, y'a beaucoup dans ce chapitre à discuter, mais il faut qu'y est un échange, le précédent était deux fois plus court, là ça commence à faire beaucoup, bref faut qu'y est un échange sinon je risque de refaire la tapisserie de ton chapitre
    ozymandia posted the 11/09/2019 at 12:45 AM
    aros Alors j'ai bien compris ce que tu souhaite me dire, en induisant le lecteur à comprendre de par lui même sans lui donner la réponse par écrit. Cela peut effectivement grandement m'aider à optimiser de nombreuses choses et je garde cela en tête l'ami.

    Pour ce qui est du côté " être satisfait de ce que l'on écrit " j'ai retravaillé bien des choses et ce même sur ce nouveau chapitre, raccourcissant des passages me semblant trop long et l'utilisation de synonymes et autres tournures de phrases pour rendre le tout plus plaisant. Cela explique le temps que j'ai mis à pondre ce nouvel article, bon bien entendu je n'ai pas fais que cela étant très pris par mes obligations, j'ai peu de temps pour m'asseoir tranquillement devant mon pc et mon alliée fut mon portable ! Sur ce dernier j'ai téléchargé open office et j'ai continué de travailler sur le chapitre de cette manière tout en faisant un va et vient entre le pc car bien plus confortable pour écrire. Je dis cela, car sans cette methode j'aurais mis encore plus de temps à obtenir ce résultat.

    Je trouve aussi et je ne sais pas pour toi qu'il y à un gouffre entre la première version, et la seconde. Je ne sais pas si tu la fais mais la première version est toujours disponible sur GK je t'invite à la relire car elle est clairement à mes yeux plus un " rush " qu'un véritable chapitre.

    Tu es exigeant et en plus tu as un vrai passif avec l'écriture cela ne t'a pas pris comme moi si tu veux. J'ai vu que tu as un style qui t'es propres, c'est encore plus flagrant quand tu réecris certains passage de mon récit en guise d'exemple. Alors je prends chacun de tes exemples et conseils en considération, je pense que tu l'a compris et je tiens à te rassurer sur les nombreux changement que j'ai fais sur le chapitre et la quatrième de couverture, ce sont des changements qui sont propre à ma volonté je les ai effectué car j'étais convaincu que cela été bénéfique pour mon récit. J'ai vraiment voulu garder mon emprunte sur le texte, je ne voulais pas bêtement te copier.

    Pour ce qui est des questions, j'en aurais une... Cette fois ci, le chapitre à t-il créer une envie de connaître la suite ? Tu vas me dire que je te la pose à chaque fois mais ça m'aide vraiment de savoir que cela peut susciter un intérêt ou une envie chez le lecteur, c'est pour cela que je publie sur GK et je suis content de l'avoir fait car je pense avoir progressé, même un peu c'est déjà bien. L'histoire de mon roman me pousse à faire ces efforts si je n'y croyais pas, jamais je ne me serais lancé là-dedans j'en suis sûre.

    Dans tous les cas je compte désormais passer à l'écriture du chapitre 2 car rester bloquer à travailler sur le premier va rapidement me casser les pieds, j'ai envie de partager la suite et voir ce que je peux produire de plus et bien entendu revenir sur le premier chapitre pour l'améliorer.

    sonilka Je comprends tout à fait ton point de vue et te donne rendez-vous pour le prochain chapitre !
    ozymandia posted the 11/09/2019 at 12:48 AM
    aros Ah ! Parle moi donc de Stalker, fût il plus convaincant cette fois ?
    aros posted the 11/09/2019 at 01:33 PM
    ozymandia
    Je l'ai déjà lu une ou deux fois, oui. Maintenant si il y a un " monde " entre cette version-ci et la précédente, garde en tête que le travail ici est encore brut et qu'il te faudra le purifier du reste de ses nombreuses " impuretés ", ce en parallèle de tout autant d'ajustements. Comme tu as pu le dire, tu cherches ton style et composes avec quelque chose d'encore très perfectible, ton manque de temps à consacré à l'écriture étant en ce sens plutôt contraignant pour t'en forger un " rapidement " (entre guillemets, car rapidement est un grand mot), je pense aussi que passer à la suite comme tu le mentionnes est en ce sens préférable pour ne pas te lasser D'ailleurs te savoir travailler sur ton portable m'attriste un peu, disons que je ne pense pas qu'il soit un support très engageant pour écrire efficacement, mais comme tu l'as dit tu as tes obligations.

    Pour en revenir à nos moutons et plus particulièrement à ta quatrième de couverture, je pense qu'il serait bon de réintroduire l'énonciation des différentes et principales SMP. Si je te parlais précédemment des changements que tu avais opérés sur cette dernière et de mon intervention, sache que l'exemple que je t'en ai fait précédemment n'avait pas pour vocation de te freiner dans son élaboration.
    Je crois la dernière fois t'avoir expliqué ma démarche quand à la réécriture de ta quatrième de couverture, notamment des éléments que j'ai délibérémment mis sous silence (l'indice sur le développement de Noor + l'effet du Badi sur les individu entrant à son contact). Tout ça n'était évidemment pas pour t'impressionner ni te complexer quand à la possibilité de me copier, mais de te montrer de façon concrète que tu tenait là 70% de ce que ce doit être une quatrième de couverture, à savoir le squelette et les informations à faire ressortir au travers. Ça paraît peu, pourtant ça ne l'est pas ; et si la version 2.0 m'apparaît moins écolière, elle me donne cette fois-ci l'impression d'être incomplète (bien que cela ne tienne à pas grand chose). Le changement c'est bien, mais il faut savoir faire preuve de recul et savoir juger de ce que l'on fait

    Avant de te répondre dans un prochain com' qui suivra le premier, j'aimerais savoir si tu as un proche de ton entourage voir plusieurs, qui soit autant honnête que constructif dans son jugement et qui ne soit bien sûr pas rebuté à l'idée de lire quelques-unes de tes pages ? Si tel est le cas, et si tu as confiance en eux, n'hésite pas à leur demander même une simple impression même globale, et si possible plus ciblée.
    Je pense qu'au cours le processus créatif, cela pourrait t'être bénéfique car cela t'amènerait le recul qu'aurait d'emblée une telle personne vi-à-vis de ton travail.
    ozymandia posted the 11/09/2019 at 01:58 PM
    aros Tout à fait d'accord avec toi, il y a encore un long parcours à faire et je ne suis pas pressé et je compte bien revoir le tout pour l'améliorer. Voilà exactement je préfère avancer de chapitre en chapitre pour ne pas me lasser.

    Pour le portable, oui ce n'est pas des plus agréables pour tout te dire même les réponses que je te donne sont écrites à l'aide de ce dernier

    Hmm... Enfaîte je me suis dis que cette information aussi n'était pas si essentiel, je trouve plus pertinent que le lecteur découvre les SMP à travers le récit. Qu'en pense tu toi ?

    Alors oui, j'ai de l'entourage auquel je pourrais faire lire le chapitre. Cependant je préfère avoir plus de matière à leur présenter. C'est aussi l'une des raisons pour laquelle je poste sur GK en attendant.
    aros posted the 11/09/2019 at 02:12 PM
    ozymandia
    « Hmm... Enfaîte je me suis dis que cette information aussi n'était pas si essentiel, je trouve plus pertinent que le lecteur découvre les SMP à travers le récit. Qu'en pense tu toi ? »

    Hé bien comme je le mentionne dans mon com' précédant, je pense que tu devrais y remédier en faite. Voilà. M'enfin plus sérieusement, c'est un élément qui vient compléter le terme de : Société Militaire Privée ; un échantillon qui donne de la consistance à cette information aux yeux du lecteur. C'est d'ailleurs tout sauf inutile puisque tu nous plonge d'emblée dans l'une d'entre elles

    Si je prend considération le restant de ton com', je ne m'y étendrais pas dessus, je préfère m'adonner au com' suivant qui ne devrait pas tarder et qui aura pour sujet : Stalker ; un personnage dont le devenir m'a... interpellé
    aros posted the 11/09/2019 at 04:05 PM
    ozymandia
    « Ah ! Parle moi donc de Stalker, fût il plus convaincant cette fois ? »

    Je ne pense pas me tromper en disant que Stalker est celui que j'appelais " Le Balafré ", qui se trouvait également être le Commandant Suprême de la SMP Sons of Borders. Sauf si j'me trompe comme un couillon, il est aussi appelé : Führer n'est-ce pas ?
    L'ayant rapidement abordé sans néanmoins le nommé dans mon quatrième com' à ta destination, je ne me suis pas non plus expliqué quand au sujet de son... intervention musclée dira-t-on. Je vais être franc avec toi, le personnage à beaucoup perdu en charisme au cours du chapitre... Disons qu'il est présenté comme Mr.X de la saga Resident Evil, et si j'apprécie Mr.X, je n'apprécie pas pour autant le personnage de Stalker, car s'il est bien le Führer de Sons of Borders, le comportement qu'il affiche n'atteste à aucun moment de son rang. Selon moi, tu l'as fait se confondre avec le personnage de Don, ce en dépit de toutes les descriptions que le narrateur a pu en faire, où des dialogue parfois malhabile qui le faisait vivre.

    Te souviens-tu de l'extrait ci-dessous (issu de ton précédent chapitre) ?

    « — Écoute bien ce que je vais te dire Don , je vous ai laissé suffisamment de temps à toi et ton équipe pour ce projet. Si Light meurt vous en serez les seuls responsables et subirez ma colère. Menaça t il tout en resserrant sa poigne sur Don qui sentait son souffle se couper. »

    Maintenant te souviens-tu de la reprise ci-dessous que j'en ai faite ?

    « « ― Écoute-moi attentivement, Don, l'empoigna-t-il sitôt par la bavette. Je n'attendrais pas plus, ALORS DÉMARRE-MOI TON FICHU JOUET QU'ON EN FINISSE, alla-t-il finir ça course, projeter contre le chariot métallique remplit d'instruments. »

    Je l'ai accompagné de commentaires ; ceux-là étant que le personnage du Balafré, désormais Stalker blablatait, à cela je rajoutais qu'il paraissait plutôt soft avec Don et qu'enfin il n'était pas assez incisif dans les propos qu'il tenait selon moi (et qu'il ne transpirait pas " l'autorité " malgré sa place hiérarchiquement supérieure [pour faire court]).
    À ma première lecture hier soir je ne te cache pas que j'ai senti passé le faux soufflé... Mais peut-être me suis-je mal fait comprendre quand à la piste à privilégier, je vais donc détailler ma pensée, ce que de toutes évidences je n'ai sûrement pas fait Maintenant je t'invite à rejoindre ton précédent article et à rejoindre l'extrait de ton chapitre que j'ai mentionné plus haut.

    J'ai dit ceci à son propos : « Ca me fait pensé que j'trouve plutôt soft et blablateur le balafré. A mon sens, il devrait d'avantage affirmer sa position hiérarchiquement supérieure à celle de Don, et apparaître plus incisif dans ses propos. »

    Je faisais respectivement référence à ça :

    Soft : Selon le contexte, il avait empoigné Don par le col (ce qui selon moi faisait très collégien), avant quelques instants après de ce plaindre mais surtout de relâcher sa prise, ce parce que monsieur était un sentimental ayant mystérieusement perdu sa « Genesis » et avait en conséquence échoué a récupéré Noor.

    Blablateur : Si l'on connaissait déjà à ce moment-là les plans que lui réservaient Stalkers et Don à Light, tu lui a fait nous le rappeler lors du dialogue que j'ai épinglé puis reprit parce ça allongeait inutilement ça réplique à Stalker.

    Position hiérarchiquement supérieure & plus incisif dans ses propos : Je pense ici avoir été particulièrement mal comprit, du fait que je faisais référence à l'échange entre Don et lui-même, Don lui expliquant alors le Memorizer être prêt sans vraiment l'être, et Stalkers qui s'impatiente puis parlemente avec Don Déjà pourquoi parlementait-t-il avec Don ? Il devait simplement l'avertir de ce qui l'attendait si les résultats que devaient offrir le Memorizer n'étaient pas concluant, point.
    D'autres part ce n'était pas follement convaincant dans le genre, je suis le Commandant Suprême de ma SMP : « Si Light meurt vous en serez les seuls responsables et subirez ma colère. Menaça t il tout en resserrant sa poigne sur Don qui sentait son souffle se couper. » ; plus il parlait, plus le ton menaçant de ses propos tombait à l'eau à cause d'une écriture bof bof bof... Et faire ce resserer sa poigne autour son col à Don n'allait pas comme par magie redoré la menace qu'il pouvait représenter pour Don. Là il n'en avait pas fait assez, c'est pourquoi lors de ma reprise j'ai gardé cette histoire de col, reprit cet élément de décors qui n'avait finalement servit à pas grand chose pour agrémenter d'une nuance plus prononcée des propos très modestement retouchés mais plus concis. En d'autres termes, faire preuve de subtilité.

    L'avoir rendu plus brutal et même meurtrier comme j'ai pu le lire, ne le rend pas forcément plus convaincant, menaçant oui, mais convaincant non. Non, parce qu'il m'ait apparu tombé dans une grossière sur-enchère ce qui eut pour effet de le faire s'écarter de son rôle initial, à savoir celui de Commandant Suprême de la SMP Sons of Borders. Je pense qu'il te faille apprendre à nuancer ton interprétation du concept de « menace » ; l'étendre par des mots spécifiques, ne pas faire de manières inutile dans la composition de tes phrases, et enfin jouer avec l'incise qui peut à elle seule teinter de ça couleur un dialogue au premiers abords classique et sans chichi
    Par ailleurs quand je parle de « faux-soufflé » qui m'a tenu à distance durant ma lecture de la seconde partie, c'est la concécration d'une tension ce voulant à la fois montante et absurde, absurde parce qu'elle n'est pas amenée de façon vraisemblable au lecteur. Et qui dans mon cas, a décelé une incohérence grosse comme une patate entre le rang qu'à Stalkers et le comportement inapproprié qu'il adopte tout du long la scène envers la nouvelle équipe de Don (qui n'est ici plus directement concerné par la menace, même si je m'attends à ce que tu me dises le contraire pour une simple raison que j'ai en tête), mais surtout envers son statut, Stalker n'étant pas n'importe qui.

    Une piste que je pourrais te donner pour améliorer significativement la situation du personnage de Stalker, serait... d'une part de le faire agir non pas directement, mais via la personnage de Don pour faire taire ce " chien de Light ", un instant où d'un échange silencieux mais lourd de sens avec Don, il l'induise à agir pour lui. Aussi si l'existence des assistants qui accompagnent Don n'est justifiée que pour cette scène où il écrase le crâne d'un de ses « sujets » vécu de façon stoïque par son pair, ils m'apparaissent ne plus servir à grand chose.
    aros posted the 11/09/2019 at 04:22 PM
    ozymandia
    Quelques conseils utiles :

    1°) Faire des phrases longues, ou trop longues est un exercice complexe dans lequel il est facile de se perdre, je ne te surprendrais pas e te disant que plus tu allonges, plus tu te dois d'être sur tes gardes contre le non-sens.

    Pour éviter ça, tu peux écourter tes phrases (qu'elles soient issues du narrateur ou non), revoir ta conjugaison, éviter de sombré dans l'usage intempestif du temps participe présent : ayant ; pouvant ; faisant, etc (et utiliser d'avantage l'imparfait, le passé simple) ; qui ont parfois pour effet de faire basculer le sens d'une phrase entière et de corrompre son sens.
    C'est un outil dont tu peux te servir pour donner plus de présence à tes phrases, mais en abuser au sein d'une même c'est courir à la catastrophe. Et quand il faut mettre un point, met un point, pas une virgule sinon là aussi tu part dans le non-sens.
    aros posted the 11/09/2019 at 04:38 PM
    ozymandia
    Pour ce qui est de savoir si j'ai envie de connaître la suite, je ne pense pas pourvoir me prononcer du fait de mon implication, donc je préfère éviter de me prononcer.
    ozymandia posted the 11/09/2019 at 06:57 PM
    aros Stalker est bien celui que tu appel le " balafré ". Alors Stalker est ainsi fait, c'est une caricature du dirigeant violent et qu'on ne verrait pas à un poste pareil. Je l'ai depuis le départ imaginé comme cela (c'est pour ça d'ailleurs qu'il est grossier et colérique). Son pouvoir et sa société il l'a gagner d'une manière bien spécifique et même son but que je vais dévoiler par la suite est kitsh mais c'est fais exprès. De base ce n'est pas un personnage subtil, loin de là. Pour ce qui est des soldats qui ne sont stoïque, il y à une raison derrière leur comportement.

    C'est le problème de ce format, chapitre par chapitre tu ne peux pas avoir toutes les clés pour que cela soit plus clair.

    Mais voilà en gros c'est voulu qu'il soit ainsi. Et pour ce qui est du terme Genesis, c'est toujours dans mon récit mais déplacé vers une autre partie.
    aros posted the 11/10/2019 at 12:48 AM
    ozymandia
    " C'est le problème de ce format, chapitre par chapitre tu ne peux pas avoir toutes les clés pour que cela soit plus clair. "

    C'est vrai, cela complique tout de ne pas avoir une vision plus étendue, néanmoins tu m'as demandé ce que je pensais du personnage de Stalker, et pour ma part je ne suis pas fan pour les raisons sus-citées quand bien-même tu l'aurais pensé ainsi. Au final, je ne s'aurais pas s'il accorde une quelconque espèce d'importance à la position hiérarchique qu'il occupe, tout comme Don pense être au-dessus de la masse, ou d'une caste particulière qu'il juge inférieure. Si tel devait être le cas, alors je n'aurais pas eut tout à fait tort à propos de Stalker qui par ses interventions auprès ça personne à Light se met à ça hauteur, répondant de fait aux banalités qu'il essuie pareil un gamin qui piquerait sa crise.

    " Et pour ce qui est du terme Genesis, c'est toujours dans mon récit mais déplacé vers une autre partie. "

    Je me doute, on en avait déjà discuté ensemble

    " — Phase 2 terminée ! Dit la voix du Mémorizer. Un petit marteau à la main, Don tapota Light un peu partout. « Bien tu ne sens plus rien, c'est parfait on peut en finir. Début phase finale ! »

    Une lueur apparu dans les verres de la lunette, s'intensifient de plus en plus avant d'être projeté aux yeux de Light, et comme happer par la lumière, se sentant quitter son corps de force ne pouvant lutter contre cet appel irrésistible et chaud, un sentiment étrange qu'il ne pouvait s'expliquer parcourant ses entrailles de part et autre, hurlant à son esprit de quitter son réceptacle. Qu'allait il se passer par la suite ? Don disait il la vérité ? Stalker allait-il arriver à ses fins ? Autant de question qui broyer l'esprit de Light et auquel il ne pouvait apporter aucune réponse et ce à mesure que chaque chose était plongé dans la brume. Désormais maître de rien, Light ne pouvait que fermer ses paupières.
    "

    Tu peux inverser le dialogue et le paragraphe de fin. Le dialogue contient deux dialogues, celui de la machine et celui de Don... Ca ne va pas, faut déployer un nouveau tiret cadratin et faire intervenir Don de façon classique, c'est à dire avec un retour à la ligne quitte à ce qu'il soit introduit par le narrateur par le biais d'une " pré-incise ".
    Quand à la seconde partie du paragraphe de fin, il est tout ce qui ne ce fait, enfin pas de cette façon-ci C'est juste horrible comme conclusion de chapitre de vouloir faire s'interroger le lecteur ainsi

    " — Phase 1 terminée ! Dit une voix féminine robotique provenant du Mémorizer. — C'est quoi encore ce truc de tordu Don ! Demanda Light. "

    Pareil que pour le premier cas, faut dissocier les deux interventions. Je remarque aussi que l'incise du dialogue de Light en plus de ne pas d'être pas ouf, ralentit inutilement le rythme.
    ozymandia posted the 11/10/2019 at 10:45 AM
    aros Oui tout à fait, et je remercie de ton avis détaillé et de tes conseils toujours utiles et te donne rendez vous pour le chapitre 2 l'ami
    aros posted the 11/10/2019 at 11:12 AM
    ozymandia
    Disons que j'ai l'impression d'avoir peut-être était moins pertinent dans la longueur, le chapitre ici étant pas moins de deux fois plus gros que le précédent, et plutôt nouveau par rapport au précédent ce qui comme tu as pu le remarqué m'a quelque peu déboussolé ; j'essayerais d'être plus détaché quand surviendra le deuxième chapitre, aussi n'hésite pas à me faire part de petits bouts si tu veux avoir un œil extérieur, histoire d'avoir de petits retours sur de plus larges chose incluant l'orthographe et la grammaire par exemple.
    En ce qui me concerne je travail toujours avec ces sites-là à côté, même si cela nécessite le pc pour un meilleur confort

    http://la-conjugaison.nouvelobs.com/du/verbe/avoir.php ; http://www.synonymo.fr ; http://www.antonyme.org

    Je viens d'ailleurs de découvrir ne plus pouvoir accéder à un autre qui me permettait rapidement d'avoir un champs lexical spécifique à un mot, j'vais devoir en trouver un autre... M'enfin bref, lorsque viendra le moment des corrections, ajustements et autres améliorations, ces sites pourraient t'être utile bien qu'ils soient basiques, l'occasion aussi de travailler ta grammaire
    ozymandia posted the 11/10/2019 at 12:01 PM
    aros Merci pour les sites, le précédents sur la ponctuation était aussi très utile.